CONS

« Quand tous les cons se seront fait mousser l'ambition et auront accédé aux postes de responsabilités, nous resterons nous autres une poignée d'hommes à pleurer dans nos intérieurs, le fiel sur les canines. » (Micberth in Actual-Hebdo, juin 1973)

CRÉATION

« Il est présomptueux de dire que la création est vide. On ne peut tout lire et les éditeurs ont les couilles petites comme des noyaux de cerises. » (Micberth, Les Soliloques d'un vieux bandeur, 1991. Inédit)

CULTURE

« Confisquée par les ânes, la culture aujourd'hui n'est plus qu'un cimetière habité par des cadavres et visité par des réprouvés. Seuls les vers se passionnent. » (Micberth in L'Écho des savanes, mai 1985)

DÉMOCRATIE

« La démocratie est un leurre, tout juste bonne à exploiter davantage les bovins qui y croient. » (Micberth in Actual-Hebdo, février 1973)

ÉCRIVAIN

« L'écrivain écrit tous les jours ou presque. Il a ou plus exactement il devrait avoir une parfaite connaissance du matériau qu'il utilise. » (Micberth, Les Soliloques d'un vieux bandeur, 1991. Inédit)

ENFANCE

« Il faut toujours se méfier des adultes qui n'ont pas réussi à assumer pleinement une enfance malheureuse. Ces persécuteurs-persécutés deviennent de véritables poisons humains, des aigris à la mine faussement débonnaire qui ne trouvent leur satisfaction de charognards que dans la destruction méthodique de leurs contemporains. » (Micberth in Actual-Hebdo, octobre 1973)

EXPÉRIENCE (L')

« L'expérience n'est pas une armure contre les mauvais coups du sort. Plus on prend de l'âge et moins on est protégé. » (Micberth, chronique sur Mégalo, décembre 1989)

GUERRE

« Il n'y a pas de bonnes ou de mauvaises guerres, pas plus qu'il n'y a de bons ou de mauvais assassinats. La guerre pue. L'assassinat pue. » (Micberth in Actual-Hebdo, septembre 1973)

HITLER

« Ce n'est pas Hitler qui a fait de son peuple un peuple criminel, c'est le peuple allemand qui a construit Hitler de toutes pièces. » (Micberth in Actual-Hebdo, octobre 1973)

HOMME SUPÉRIEUR

« L'homme supérieur est un devancier, jamais un tribun, un soldat ou un grand politique, rarement un idéologue suivi. » (Micberth in Actual-Hebdo, août 1973)

INTELLIGENCE (L')

« Comprenons qu'il n'y a pas l'intelligence, mais des intelligences et qu'un prix Nobel peut être moins intelligent qu'un petit cordonnier de province. » (Micberth in Actual-Hebdo, mai 1973)

JUGES

L'intégrité des juges est l'image très exacte de la qualité politique d'un pays. A mauvaise politique, mauvais juges. » (Micberth in Minute, février 1974)

JUSTICE

« Hormis la justice divine, bien contestable parce que traduite par l'homme, il reste cette monstrueuse administration de la justice humaine, cette manière ahurissante dont sont réglées les contestations ou punis les comportements antisociaux des individus. » (Micberth in Minute, février 1974)

JUSTICE SOCIALE

« Qu'est-ce qu'on en aurait à foutre de la justice sociale si elle nous rendait complètement dépendants du pouvoir, allocations par ci, subventions par là, aide de ceci, aide de cela ? Si nous devenions dès l'enfance des quémandeurs, d'éternels bébés insatisfaits, nous préparerions à nos enfants et petits-enfants de belles générations de pleutres. » (Micberth in Actual-Hebdo, octobre 1973)

LANG

« Pour bien prononcer son nom, il faut percuter les incisives de la mâchoire supérieure avec la langue et la laisser tomber négligemment sur ses genoux. Un peu comme pour vomir. » (Micberth in L'Écho des savanes, mai 1985)

MANGER

« Certes, chacun sa merde comme dit l'autre, mais il n'est pas tolérable de manger comme un porc et d'exister. Ce n'est pas un détail, mal manger fausse l'esprit, le jugement. » (Micberth, Les Soliloques d'un vieux bandeur, 1991. Inédit)

MOT

« Le mot écrit est veuf. Sans la présence du narrateur, il perd la moitié de son sens, de sa crédibilité. » (Micberth, Miscellanées, 1975)

MOZART

« Aurait pu devenir un manouvrier convenable si l'on avait fait preuve avec lui d'un peu plus de fermeté, lui interdisant notamment d'écrire de la musique. » (Micberth in L'Écho des savanes, mai 1985)

PEINE DE MORT

« Si la peine de mort doit être encore appliquée de nos jours, elle ne se justifie que pour ceux qui sans haine et sans passion décident de supprimer à tout jamais la vie d'un ou de plusieurs individus. » (Micberth in Actual-Hebdo, mai 1973)

POLITIQUE

« Il n'y a pas de politique sans la vie. C'est là où le bât blesse, car jamais comme aujourd'hui, ceux qui conduisent les affaires de la France n'auront été aussi éloignés des réalités du quotidien. » (Micberth in La Lettre, novembre 1984)

RÉPUBLIQUE

« Près de deux cents ans après son avènement, la république se cherche. Hirsutes sortis de l'ombre par les prérogatives populaires, les petits chefs incultes, sans légitimité, se gaussent, vitupèrent, ordonnent, règnent, modifient, appauvrissent et pourrissent post mortem sous l'ombre de quelque cyprès. L'Histoire se fait, puis se défait. Tristes pantins. » (Micberth in Minute, février 1974)

SEUL

« Même entouré, choyé, aimé, l'homme est épouvantablement seul. » (Micberth, chronique sur Mégalo, décembre 1989)

SIÈCLE

« Les siècles ne s'arrêtent pas d'un coup suivant l'arbitraire des calendriers, ils débordent. On peut situer la fin du XIXe siècle en 1915. » (Micberth, Les Soliloques d'un vieux bandeur, 1991. Inédit)

TYRAN

« Quelle différence y a-t-il entre un démocrate menteur et un tyran sincère ? » (Micberth, chronique sur Mégalo, ja nvier 1990)

VIE

« Je suis un militant forcené de la vie et je veux trouver le moyen de répondre aux questions progressivement sans sombrer dans le pessimisme le plus anthracite, le plus étêtant. » (Micberth, Les Soliloques d'un vieux bandeur, 1991. Inédit)